Faut-il être Suisse pour acheter une résidence principale ?

En matière de résidence principale, la loi autorise sans restriction toute personne résidant en Suisse, de nationalité suisse ou au bénéfice d’un permis d’établissement valable (B ou C), à faire l’acquisition d’un bien immobilier destiné à être sa résidence principale.

L'acquisition d'une résidence secondaire peut être soumise à condition selon votre situation particulière. N'hésitez pas à prendre contact avec nous pour avoir de plus amples informations.


Âge

Il n’existe pas d’âge limite pour obtenir un prêt ; ni d’âge maximum, ni d’âge minimum. Les fonds propres que vous devez apporter et les moyens de les constituer seront différents selon votre âge.

Si vous avez moins de 65 ans ou que vous êtes en activité, vous devez disposer de fonds propres à hauteur de 20% de la valeur du bien et être en mesure de financer les frais d’achat ou frais de mutation. Les futurs propriétaires doivent investir au minimum 10% de la valeur du bien en fonds propres qui ne proviennent ni de leur caisse de pension, ni de prêt remboursable, mais de leur propre épargne (cash, pilier 3A,…).

A partir de 65 ans, une fois passé l’âge légal de la retraite, vos obligations sont alors différentes car vous devez disposer de 35% de fonds propres.

Utilisation de la caisse de pension

Si vous avez plus de 50 ans, vous ne pourrez pas retirer l’entier de votre 2ème pilier pour constituer vos fonds propres mais uniquement le montant maximum entre votre libre passage accumulé à l’âge de 50 ans et la moitié de votre libre passage actuel. Après 65 ans, vous ne pourrez plus utiliser votre caisse de pension pour les constituer. Dans tous les cas, le montant d’un retrait ne peut être inférieur à CHF 20'000 et vous ne pouvez effectuer qu’un retrait tous les 5 ans.


État de santé

Votre état de santé n’intervient aucunement dans la décision de la banque qui considère les rentes du 1er, 2ème et 3ème pilier comme des revenus.


Situation personnelle

Votre situation personnelle n’est pas en soi un critère pour les banques, mais si vous êtes célibataire, marié, concubin, partenaire pacsé ou enregistré, ou encore veuf ou veuve, avec ou sans enfants, vous aurez à choisir le régime de propriété (copropriété, propriété commune, usufruit ou droit de jouissance) et les apprécier de manière globale avec une prise en compte des aspects fiscaux et patrimoniaux.

Les bonnes directions pour chaque situation

La situation d’un célibataire est bien évidemment différente de la situation d’un couple marié avec 3 enfants. Et les questions qui se posent sur les aspects fiscaux concernant la succession et/ou la transmission de patrimoine sont différentes.

Les situations personnelles évoluent ; vous achetez à deux et une séparation ou un décès intervient, vous achetez seul et vous vous mariez plus tard.

Toutes ces situations doivent être envisagées et DL établit une analyse qui vous donnera les éléments nécessaires pour vous aider à prendre les meilleures décisions.


Situation professionnelle

Votre situation professionnelle n’a objectivement pas, indépendamment des revenus que vous en retirez, d’incidence sur la décision d’octroi d’un prêt hypothécaire.